Archives de Juin - Chine Hong Kong   |   Taiwan
 Commémoration  : cinquantième anniversaire de la RPC, le 1er octobre 1999
L'actualité de la Chine en ligne avec l'AFP | Les Finances
Archives :1998 | janvier 99 | février 99 | mars 99 | avril 99 | mai 99
La Chine dément avoir proposé d'accorder l'asile politique à Milosevic
PEKIN (AP, 29/6/99) -- La Chine a qualifié mardi de ``sans fondement'' les affirmations de l'hebdomadaire allemand ``Bild am Sonntag'' selon qui Pékin aurait proposé d'offrir l'asile politique à Slobodan Milosevic pour lui permettre d'échapper aux poursuites du Tribunal pénal international (TPI) de La Haye. L'édition dominicale de Bild avait cité l'opposant serbe Zoran Djindjic qui avait affirmé: ``J'ai des indications selon lesquelles Milosevic a reçu une proposition pour fuir en Chine, se faire accorder l'asile politique et ainsi ne pas être extradé vers le tribunal de La Haye''. Zhang Qiyue, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a vigoureusement démenti ces affirmations en les qualifiant d'''absurdes et sans fondement''.

China's New Nuclear Doctrine by Robert A. Manning (25/6/99)
Robert A. Manning, director of Asian studies at the Council on Foreign Relations in Washington.  (The Wall Street Journal, June 25, 1999)
 The recently declassified report of the congressional select committee chaired by Rep. Christopher Cox chronicled China's efforts, licit and illicit, to acquire American  nuclear, missile and other technology. Yet for all the furor it unleashed, one of its most obvious and menacing ramifications appears so far largely overlooked. Of course, tighter export controls, better counter-intelligence and improved security  at national labs are necessary. But it is China's enhanced nuclear weapons capabilities that illuminate one of the grand strategic failures of the Clinton administration's national security policy in general and of its China policy in particular. 
Even discounting what appear to be the Cox report's worst-case extrapolations of what new military capabilities Beijing may have acquired, China's nuclear and missile modernization program appears to have benefited from witting or unwitting American assistance. The extent of the damage may not be known for a decade or more. But it appears that, in part as a result of information obtained from the U.S., China may be in the process of leapfrogging from 1960-vintage nuclear warheads to  contemporary miniaturized designs that will allow them to build multiple independent re-entry vehicles on more accurate, longer-range ballistic missiles.
This is in the form of the DF-31, now close to deployment, and the DF-41 (both solid-fuel missiles), which can carry MIRVed warheads and are expected to be deployed by 2010. 
Until now China has barely gotten a mention in discussions about the future of nuclear weapons. After all, in terms of deliverable strategic warheads, Beijing is outnumbered by roughly 6,000 to 20. Yet although China's total arsenal of some 400 warheads may be dwarfed by those of the U.S. and Russia, China is the only declared nuclear power to be expanding its arsenal. Indeed, China's modernization may become a determining factor shaping the second half of the first nuclear century. 
 If Russia ratifies the second Strategic Arms Reduction Treaty and Washington and Moscow move forward with Start III, the U.S. and Russia could reduce their arsenals to roughly 2,000 apiece (from a Cold War high of 30,000). With or without arms accords, Moscow may be forced by dire economic necessity to shrink its arsenal unilaterally to fewer than 1,000 warheads over the next decade or sooner. Washington could well respond by cutting its own arsenal. 
 With U.S. and Russian nuclear weapons dwindling, China's modernization becomes a pressing issue. Notwithstanding hollow proclamations of "strategic partnership," U.S.-China "dialogues" have barely scratched the surface on nuclear issues, which should be Priority No. 1. 
Why has Washington given the issue short shrift? Because an administration that believes geopolitics if not the nation-state itself is "old think" has no idea what nuclear goal it seeks. To reach a judgment as to how many nuclear weapons the U.S. ultimately needs first requires an answer to the question of what role nuclear weapons play in U.S. post-Cold War defense policy. 
The Clinton administration has never really answered that key question. Its most creative strategic thinker, Defense Secretary Les Aspin, died before his 1993 Nuclear Posture Review was complete. That exercise was ultimately dominated by bureaucratic inertia, concluding that, lo and behold, the U.S. needed 3,500  strategic warheads precisely the number that implementing Start II would produce. Yet in 1995 Bill Clinton and Boris Yeltsin agreed to consider further reductions to about 2,000 in Start III negotiations. The manifest arbitrariness of  these numbers underscores the absence of any serious strategic vision -- and the possibility of defining a marginal role for nuclear weapons in a minimal deterrence posture. 
In a world where the U.S. has overwhelming dominance in conventional military power and in precision-guided munitions, a world where accurate missile defenses may soon become possible and there are no unambiguous global adversaries amongst the major powers, there may be a realist case for deeper cuts if they would, in turn, yield proportionate Russian and Chinese restraint. 
From the U.S. perspective, fewer Russian and Chinese nuclear weapons would alleviate nuclear risk and accentuate U.S. conventional superiority, particularly the accuracy of precision-guided munitions. If, as many predict, Russia is forced to make unilateral cuts, that is all the more reason to lock China into a ceiling on its nuclear modernization with bold initiatives. 
 In the end, U.S. interests demand that there be some correlation between the floor of the U.S. reductions and the eventual ceiling of Chinese nuclear modernization. Reaching some understanding about nuclear weapons (including missile defenses  that would affect Beijing's nuclear deterrent) should be a pillar of the 21st-century  Sino-American relationship. 
The U.S. has yet to test China's nuclear intentions. Beijing has had a minimum deterrence posture and a no-first-use policy. There is fervent debate in China on nuclear doctrine, and hints that some favor a "limited deterrence" posture that  might contemplate the use of tactical nuclear weapons. But over the past 15 years, Beijing's positions on arms control have been all over the map. In the mid-1980s, China said that until the two superpowers cut their arsenals in half, there was nothing to talk about. Then, as the U.S. and Russia moved toward nearly 85% nuclear cuts, Beijing said once they get down to China's level, perhaps talks might make sense. In recent discussions in Beijing, senior Chinese officials told me they are prepared to begin U.N. Security Council talks on complete nuclear disarmament now, but only on the basis of zero nukes. 
Beijing knows this is a nonstarter, however popular it may be with the nonaligned crowd. The one thread linking the various Chinese positions on arms control over  the years is that all have the virtue of allowing Beijing to avoid becoming entangled  in arrangements constraining its nuclear behavior. China's nuclear calculus has become more complicated of late with the emergence of India as a nuclear-weapons state and with U.S. moves toward national missile defense. Yet it is an open question how China would respond if faced with a serious offer of U.S. and Russian build-downs. If China prefers open-ended nuclear modernization, then there is no need for the U.S. to further reduce its nuclear stockpiles. 
Recent events NATO intervention in Yugoslavia, the revitalized U.S.-Japan alliance and most dramatically the bombing of the Chinese Embassy in Belgrade have sparked a major strategic policy review in Beijing. The U.S. has an opportunity to influence its outcome by launching not another vacuous "dialogue,"but serious prenegotiations on the future of nuclear weapons. This is best done bilaterally at first, but ultimately among the permanent five in the U.N. Security Council. 
Unfortunately, the Clinton administration is hardly prepared for what should be a top  priority. Instead it ducked the issue, contenting itself with the political gimmickry of an agreement on "detargeting" missiles (retargeting takes only a few minutes) at the 1997 summit, so Mr. Clinton could give sanctimonious speeches about how no nuclear weapons are aimed at American children. The consequences of such strategic vapidity may be measured in missed opportunities and new nuclear  dangers. 

Pingyao, un joyau culturel de l'humanité qui s'efforce de survivre
PINGYAO (Chine), 26 juin (AFP) - 18 mois après avoir été classée par l'UNESCO dans la liste du Patrimoine mondial, la ville
ancienne de Pingyao, située à 450 km au sud-ouest de Pékin, peine à attirer les touristes étrangers."Aujourd'hui c'est un jour faste, nous avons entendu dire qu'il y avait un groupe de 15 touristes japonais", explique un conducteur de cyclo-pousse, qui attend fébrilement le client devant le principal hôtel de la ville, une bâtisse sans âme édifiée juste en face de la gare."La concurrence est de plus en plus rude, nous n'étions guère plus de 150 l'an dernier, nous sommes plus de 200 actuellement
alors que le nombre des touristes n'augmente pas", ajoute-t-il, résigné.Officiellement, 770 touristes étrangers ont visité la ville entre janvier et mai, contre 1.500 en 1998. Le nombre des touristes chinois s'est stabilisé aux environs de 150.000 par an.
Comme les conducteurs de cyclo-pousse, les marchands de souvenirs et les restaurateurs harcèlent les rares Occidentaux
s'aventurant dans les ruelles de Pingyao, petit joyau architectural unique en Chine où l'on préfère démolir et reconstruire plutôt que réhabiliter. Un mur d'enceinte de 10 m de haut et de plus de 6 km de circonférence, entièrement préservé, continue à entourer des milliers d'habitations construites sous les dynasties Ming (1368-1644) et Qing (1644-1911), notamment au début du 19ème siècle lorsque Pingyao avait atteint la célébrité en devenant le centre du premier système bancaire intégré chinois. Pour 10 yuans (1,2 dollar), les visiteurs peuvent admirer les bâtiments ayant servi de point de départ à cette extraodinaire expérience lancée par un marchand de colorants. Pour faire face au développement de sa clientèle à travers le pays, il avait mis au point un ingénieux système de chèques et de lettres de crédit qui devait rapidement se généraliser et faire la fortune de Pingyao, devenue à la fin du 19ème siècle le principal centre financier chinois. Des splendeurs passées de la ville subsistent de nombreux vestiges, temples et grandes résidences de maîtres que les autorités locales ont entrepris de restaurer progressivement sous la supervision de l'UNESCO. Mais la tâche est délicate, freinée par la surpopulation de la vieille ville qui compte encore 100.000 habitants. Située au coeur d'une région sidérurgique en crise, la ville a été frappée de plein fouet par des milliers de licenciements au cours des dernières années. "Les usines ferment les unes après les autres et aucune activité ne vient s'installer", commente M. Li, ancien ouvrier d'une briquetterie, licencié en 1995 et incapable de financer la restauration de sa maison de la vieille ville avec sa maigre indemnité mensuelle de 160 yuans (19,3 dollars). "Nous encourageons les occupants à entretenir eux-mêmes les maisons, mais le gouvernement prend en charge la restauration des locaux occupés par des bâtiments publics et encourage l'arrivée de capitaux extérieurs", explique Zhang Liming, le vice-secrétaire du Parti communiste du district. Malgré ces efforts, les deux beaux temples de la civilisation et de l'art militaire, le premier dédié à Confucius, le second au général Guan Yu, restent occupés par des écoles. Après avoir dépensé 1,5 million de yuans (180.000 dollars) en 1998, la ville de Pingyao, qui n'a pas fait la moindre demande d'aide financière à l'UNESCO jusqu'à présent, devrait dépenser environ 10 millions de yuans (1,2 million de dollars) cette année pour réhabiliter les temples et les bâtiments les plus remarquables, explique M. Zhang. Mais au total 40 millions de yuans (4,8 millions de dollars) seront nécessaires chaque année pour entretenir la ville, développer les infrastructures et reloger les habitants.

Une banque de sperme réservée aux donneurs intélligents ouvre en Chine
SHANGHAI, Chine (AP, 26/6/99) -- Une banque de sperme n'acceptant que les donneurs ayant un diplôme d'études
supérieures a été ouverte à Chengdu dans la province de Sichuan (sud-ouest) par le centre national de planning familial, a annoncé l'agence de presse gouvernementale Chine Nouvelle, jeudi. Les donneurs doivent avoir moins de 60 ans, être en bonne santé et ne présenter aucune maladie héréditaire. La banque aurait déjà reçu beaucoup de coups de fil d'intellectuels, a declaré son directeur, Huang Ping, qui ne précise pas si les femmes recevant le sperme doivent avoir un profil particulier. La Chine plutôt connue pour sa politique restrictive en matière de naissances a commencé à soutenir la recherche sur la fertilité. Un
généticien de l'université de médecine de Huaxi a néanmoins été cité précisant que génétiquement le sperme d'hommes intelligents n'était peut-être pas meilleur que d'autres. 

Le chef de la secte chinoise Falungong très inquiet des pressions de Pékin
NEW YORK, 16 juin (AFP) - Le grand maître de la secte chinoise Falungong, Li Hongzhi, s'est dit très inquiet, dans une interview à l'AFP, des pressions officielles contre les adeptes de ce mouvement qui associe exercices physiques et spirituels."Je vois assez clairement pourquoi le gouvernement chinois nous considère comme une menace", a déclaré mardi soir le leader, qui
vit à New York. "C'est parce que nous avons beaucoup trop d'adeptes"."Pour être honnête, je suis très préoccupé", a-t-il poursuivi, par le biais d'un interprète, en réagissant à une nouvelle mise en garde du gouvernement chinois, qui a affirmé lundi que son mouvement ne devait pas porter atteinte à la paix sociale et propager des rumeurs.Mais Li Hongzhi, 48 ans, très souriant, croit que le gouvernement chinois respectera sa promesse de ne pas réprimer son mouvement, qui a surpris Pékin en avril en rassemblant la manifestation la plus importante depuis le printemps de 1989. Le mouvement avait fait une spectaculaire démonstration de force en encerclant le siège du régime."Je suis convaincu que le gouvernement chinois ne violera pas ses promesses", a-t-il dit.Certains responsables des forces de sécurité chinoises "veulent provoquer une confrontation entre des adeptes de Falungong et le gouvernement", a-t-il dit, ajoutant qu'il ne souhaitait pas que son mouvement se retrouve "dans l'opposition au gouvernement"."Je ne suis pas contre le gouvernement", a-t-il souligné. "Je n'ai aucune opinion concernant le gouvernement ou la politique", a-t-il ajouté décrivant les membres du mouvement comme des citoyens respectueux des lois. Le mouvement Falungong, vieux de sept ans seulement, revendique 80 millions d'adeptes en Chine, un chiffre qui n'a pas été
confirmé, et de nombreux autres à travers le monde. Alors que la presse officielle ignore habituellement tout signe d'opposition au régime, le China Daily faisait état mardi en première page d'une rencontre entre un responsable du bureau des Plaintes du parti et du gouvernement et un groupe de "plaignants" du Falungong. Au cours de cette rencontre, les autorités chinoises ont démenti les "rumeurs" selon lesquelles les adeptes du Falungong auraient été empêchés de pratiquer leurs exercices physiques ou que Pékin s'efforcerait d'obtenir l'extradition de Li Hongzhi.

La Chine souhaite une solution négociée au Cachemire
PEKIN (AP, 15/6/99) -- Le Premier ministre chinois Zhu Rongji a reçu mardi le chef de la diplomatie indienne, qui poursuit une visite de trois jours à Pékin, et souhaité qu'une solution négociée prévale dans la crise du Cachemire. Cette rencontre entre Jaswant Singh et Zhu Rongji marque le premier contact au plus haut niveau entre les deux pays les plus peuplés du monde depuis les essais nucléaires indiens en mai 1998. Selon l'agence Chine nouvelle, le ministre indien des Affaires étrangères a expliqué à son hôte que le contexte international actuel rendait d'autant plus essentielles de bonnes relations entre l'Inde et la Chine. Le Premier ministre chinois a répondu qu'il était heureux de voir que les relations sino-indiennes entraient dans une phase
d'amélioration. Bien que préoccupée par les ambitions régionales de l'Inde, la Chine, alliée traditionnelle du Pakistan, semble souhaiter un rapprochement avec son voisin, particulièrement au moment où ses relations avec les Etats-Unis sont tendues. Depuis le début des derniers affrontements au Cachemire, Pékin a renvoyé dos à dos Indiens et Pakistanais. ``Nous pensons que les deux parties doivent régler le problème par le dialogue et les consultations et par des moyens pacifiques'', a déclaré mardi la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Zhang Qiyue. 

La Chine s'inquiète des accrochages navals intercoréens
PEKIN, 15 juin 1999 (AP) - La Chine a fait part de sa vive préoccupation après l'accrochage survenu mardi en mer Jaune entre les forces navales sud et nord-coréennes, et elle a engagé les deux parties à ne pas aggraver la tension qui règne depuis neuf jours à la limite de leurs eaux territoriales. "La sauvegarde de la paix et de la stabilité sur la péninsule coréenne répond à l'intérêt fondamental des deux parties. Nous espérons que (celles-ci) feront preuve de calme et de modération et qu'elles éviteront de prendre des initiatives de nature à exacerber la situation", a déclaré un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. 

L'Inde et la Chine reprennent des contacts diplomatiques à haut niveau
PEKIN (15/6/99, AP) -- Lors de sa première visite en Chine depuis les essais nucléaires indiens de l'année dernière, le chef
de la diplomatie indienne Jaswant Singh s'est efforcé lundi de rassurer son homologue chinois en lui expliquant que l'Inde ne
considérait pas la Chine comme un danger. Selon la télévision chinoise, le ministre indien des Affaires étrangères a également évoqué la crise du Cachemire avec le ministre chinois Tang Jiaxuan. Les relations entre l'Inde et la Chine se sont détériorées depuis les essais nucléaires conduits par New Delhi en mai 1998. L'Inde avait justifié ces tirs par la menace posée par le Pakistan et par la Chine. Selon l'agence Chine nouvelle, Tang Jiaxuan a estimé que les relations sino-indiennes allaient maintenant se réchauffer. La visite du chef de la diplomatie indienne à Pékin suit de quelques jours celle de son homologue pakistanais Sartaj Aziz, venu vendredi dans la capitale chinoise. Le Pakistan souhaite que la Chine, son allié traditionnel, s'implique dans les négociations visant à régler le conflit actuel au Cachemire. 

Le barrage des Trois gorges commence à surplomber le Yangtsé
SANDOUPING (Chine), 15 juin 99 (AFP) - Le colossal barrage des Trois gorges a commencé à prendre forme à une
centaine de mètres au-dessus du Yangtsé, prêt à résister aux crues, aux tremblements de terre et même à un raid
de l'OTAN, selon ses concepteurs.Moins de cinq ans avant la mise en service des premières turbines, deux immenses piliers de béton ont été achevés à chaque extrémité de l'ouvrage, indiquant la hauteur finale du plus grand barrage hydroélectrique du monde (115 mètres au-dessus de la surface du fleuve Bleu). Dans une forêt de grues et un vacarme assourdissant, 20.000 ouvriers se relaient jour et nuit pour couler une masse record de béton sur un axe de 2. 300 m en travers du troisième fleuve du monde. Des turbines sont déjà en cours d'installation au sommet de chaque pyramide de béton, qui progressent vers l'autre rive dans la poussière et la chaleur, obligeant à arroser en permanence la construction afin d'éviter des fissures lors du refroidissement. Le Yangtsé a été coupé en novembre 1997 par deux digues parallèles, entre lesquelles s'élève le barrage proprement dit. Le fleuve coule désormais dans un canal de dérivation qui sera comblé avant la mise en service du barrage à la fin de 2003. Ces deux digues temporaires dessinent un immense cratère dans le lit du fleuve, où se construisent les fondations du barrage, à 70 m sous le niveau actuel du cours d'eau. Lors de la fin des travaux en 2009, un lac de retenue submergera une superficie de 632 km2 en amont, obligeant à évacuer 1,13 million de personnes. A l'étranger, les opposants du projet s'inquiètent de son effet sur l'environnement, ainsi que des risques qu'il fait courir aux régions situées en aval. En Chine même, le barrage n'a été approuvé que par les deux tiers des députés lors du vote du parlement en 1992, majorité particulièrement faible pour un projet gouvernemental. Fin 1998, le Premier ministre Zhu Rongji a mis en garde les responsables du barrage contre tout défaut de construction et lancé un appel à la lutte contre la corruption, qui se développe souvent en Chine aux dépens des grands projets d'infrastructures. Selon Lu Youmei, président de la société chargée du projet, China Yangtze Three Gorges Project Development Corp., la solidité de l'ouvrage n'est pas en question. "Le barrage pourra résister à un séisme de magnitude 7 ou 8 sur l'échelle de Richter, alors que le risque maximum dans la région ne dépasse pas le degré 6", estime-t-il. "Le barrage est également conçu pour résister à une attaque de missiles conventionnels, qui pourrait l'endommager mais ne provoquerait pas de désastre grave", assure le principal responsable du projet. "J'espère quand même que l'OTAN ne va pas bombarder le barrage", ajoute-t-il, faisant allusion a la destruction de l'ambassade de Chine en Yougoslavie début mai par des missiles de l'OTAN. Selon M. Lu, l'ouvrage remplira efficacement sa première mission, la maîtrise des inondations. "Dès cet été, la digue temporaire résistera à la crue annuelle, même si les inondations sont encore plus sérieuses que celles de l'an dernier", assure-t-il. Les adversaires du projet estiment que le barrage n'aurait pas empêché les inondations de 1998, car elles ont principalement affecté la vallée du Yangtsé en aval. Celles de l'an dernier, les plus importantes depuis 1954, ont coûté la vie à 4.100 personnes. Les écologistes s'inquiètent aussi des dépôts d'alluvions dans le lit du fleuve, qui risquent de provoquer l'élévation du réservoir, du fait du ralentissement du courant. Selon M. Lu, le barrage libérera une quantité d'eau maximum en période de crue, lorsque le transport d'alluvions est au plus haut. D'ici 80 ans, des problèmes de comblement apparaîtront cependant dans le port de Chongqing, a plus de 600 km en amont, reconnaît-il. Avec la production d'électricité, l'un des objectifs du barrage est de permettre aux navires de 10.000 tonnes de remonter jusqu'à Chongqing, principale métropole économique du sud-ouest de la Chine.

Le dissident chinois Zhou Jianhe s'exile aux Etats-Unis
SHANGHAI (AP, 14/6/99) -- Le dissident chinois Zhou Jianhe s'est envolé dimanche pour les Etats-Unis, rejoignant un
nombre croissant de militants pro-démocratie contraints à l'exil par les autorités de Pékin. Agé de 50 ans, ce docker était l'un des derniers opposants encore actif à Shanghaï. Détenu deux fois encore par la police l'an dernier, il s'est envolé dimanche avec sa femme et son fils sur un vol de la Northwest Airlines à destination de New York via Tokyo, a précisé le dissident Bao Ge joint par téléphone à New York. Il avait demandé l'asile aux Etats-Unis en janvier dernier après que des camarades eurent été condamnés à des peines allant jusqu'à 13 ans d'emprisonnement pour avoir tenté de former un parti. ``C'est trop dangereux à Shanghaï. C'est plus dangereux qu'il y a deux ou trois ans'', avait-il confié vendredi à l'Associated Press. Outre Bao Ge, le sol américain a notamment accueilli ces dernières années les dissidents Wei Jingsheng et Wang Dan, leader étudiant du Printemps de Pékin. Quant à Qin Yongmin, il a dit l'an dernier refuser de s'exiler. Il a été condamné en décembre 1998 à 12 ans de prison pour avoir tenté de former le Parti de la Démocratie. 

Le chiffre 9 dans l'histoire chinoise: 1919, 1949, 1979, 1989...
   PARIS, 1er juin (AFP) - Le dixième anniversaire de l'écrasement du "Printemps de Pékin" le 4 juin 1989 n'est pas sans évoquer d'autres grandes dates commémoratives de l'histoire récente de la Chine, qui curieusement se terminent toutes par le chiffre neuf, et sont synonymes d'agitation voire de bouleversement.   A elle seule l'année 1999 aura vu se succéder trois anniversaires,
dans l'ordre chronologique: le 80ème des manifestations patriotiques contre le traité de Versailles (4 mai 1919), le 10ème de la répression des manifestations pro-démocratiques à Pékin (4 juin 1989) --dix ans après le premier "Printemps de Pékin"-- et le cinquantième de la fondation de la République populaire (1er octobre 1949).
   - Le Mouvement du 4 mai 1919, premier élan spontané de contestation estudiantine, est l'une des dates charnières de la Chine contemporaine. Il marque, après la fondation de la première République chinoise (1911), l'aube d'une ère nouvelle pour les intellectuels chinois.   La vague de fronde naquit de l'impérialisme japonais, qui depuis 1915, présentait à la jeune République chinoise les "21 demandes", programme qui s'il avait été accepté tel quel aurait fait de la Chine une colonie du Japon.   Le 4 mai 1919, ulcérés par un accord secret passé entre la Chine et le Japon, plusieurs milliers d'étudiants se rendirent place Tiananmen
aux cris de "luttons contre les traîtres!" La contestation s'étendit rapidement à d'autres universités, et gagna pendant un mois une partie de la bourgeoisie des grandes villes ainsi que des dizaines de milliers d'ouvriers et de commerçants qui se mirent en grève.
   Ce mouvement nationaliste fut l'étincelle qui devait porter trente ans plus tard Mao Tsé-Toung au pouvoir.
   - Dix ans avant le "massacre" de Tiananmen le 4 juin 1989, le premier "Printemps de Pékin" était réprimé. Né fin novembre 1978, date à laquelle des dizaines de dazibaos (affiches murales) furent aposés au coeur de Pékin sur ce qui fut baptisé le "Mur de la Démocratie", le mouvement réunissait des dizaines de milliers de jeunes Chinois unis par un même idéal de liberté et de démocratie.   Des organisations politiques et des dizaines de revues parallèles fleurirent alors à travers toute la Chine. Wei Jingsheng, le dissident qui marqua le plus cet événement, fut le premier à répudier les excès du régime communiste et à demander une démocratie de type occidental. A partir de 1979, l'ensemble de la direction du mouvement fut décapitée,
et Wei Jingsheng, arrêté en mars, sera condamné à 15 ans de prison.
  - Le 1er octobre 1949 consacre l'arrivée des communistes au pouvoir après trois décennies de lutte contre les nationalistes du Kuomintang. Ce jour-là, Mao Tsé-toung proclamait la naissance de la République populaire de Chine du haut de la porte Tiananmen, porteur d'une utopie autarcique qui devait précipiter le pays dans une série de catastrophes (Le Grand Bond en avant, la Révolution culturelle).

Russie-Chine : Visite en Chine du ministre russe des Affaires étrangères
   MOSCOU, 1er juin (AFP) - Le ministre russe des Affaires étrangères Igor Ivanov a quitté Moscou mardi matin pour la Chine, où il doit effectuer une visite de trois jours, a rapporté Itar-Tass.   La visite de M. Ivanov à Pékin, qui se terminera le 3 juin, doit
préparer le sommet entre les présidents russe Boris Eltsine et chinois Jiang Zemin prévu cet automne, a indiqué lundi le ministère russe des Affaires étrangères.   M. Ivanov doit rencontrer le président Jiang Zemin, et s'entretenir avec son homologue chinois Tang Jiaxuan, notamment pour évoquer la situation au Kosovo, selon Itar-Tass.   Selon l'agence, qui cite des sources diplomatiques à Pékin, cette visite devrait donner lieu à un communiqué commun "critiquant vivement" les frappes de l'OTAN en Yougoslavie.
   Pékin et Moscou réclament l'arrêt des frappes contre la Yougoslavie et ont dénoncé en termes virulents le bombardement de l'ambassade de Chine à Belgrade par l'Alliance atlantique le 7 mai.   La dernière rencontre entre Boris Eltsine et Jiang Zemin remonte au 23 novembre 1998. Le président russe, malade, avait reçu son hôte chinois à l'Hôpital central du Kremlin.

 105 parents de victimes de Tiananmen portent plainte contre le régime
   PEKIN, 1er juin (AFP) - 105 parents de victimes du massacre de Tiananmen en 1989 ont récemment décidé de porter plainte contre les dirigeants chinois de l'époque, a indiqué mardi à l'AFP la porte parole de ces familles.   "105 parents de victimes ont porté plainte contre les dirigeants chinois de l'époque" a déclaré Mme Ding Zilin, dont le fils a été tué par l'armée à Pékin dans la nuit du 3 au 4 juin 1989.    Mme Ding, qui vit sous surveillance policière constante et ne peut plus sortir de chez elle depuis près d'un mois, s'est refusée à toute autre précision sur la plainte déposée par les 105 parents de victimes, renvoyant à l'assocation Human Rights in China, basée aux Etats-Unis pour tout renseignement supplémentaire.   Parmi les parents ayant décidé de porter plainte figure Mme You Weijie dont le mari, Yang Minghu, a lui aussi été tué durant la nuit du 3 au 4 juin sur la place Tiananmen. "Mme You est très forte, elle a dû travailler pour élever son enfant, qui avait seulement cinq ans à la mort de son père" a déclaré Mme Ding, qui a en revanche refusé de fournir les identités des autres plaignants. "Ils font l'objet d'une pression encore plus grande que moi" a-t-elle dit.   Le combat des parents des victimes pour obtenir gain de cause, que Mme Ding a dès le départ incarné, s'était jusqu'à présent traduit uniquement par des pétitions demandant le réexamen de la version officielle de Tiananmen ainsi que des dédommagements.   Parmi les dirigeants en place à l'époque du massacre figurait notamment le numéro deux du régime actuel, Li Peng, qui préside l'Assemblée nationale populaire (ANP-Parlement chinois).   Mme Ding avait été brièvement interpellée le 5 avril dernier lors du Qing Ming, la fête dédiée à la mémoire des défunts, alors qu'elle se préparait à sortir de sa résidence pour rendre hommage à la mémoire de son fils.   "Une camionnette avec à son bord sept policiers en civil surveille ma maison et j'ai reçu comme instruction de ne plus sortir de chez moi depuis le 9 mai" a-t-elle précisé à l'AFP.

Mise à jour : juin 1999